Info : 10 fibres textiles qui n'ont pas fini de nous étonner

Temps de lecture : 5 minutes

De tout temps, l'Homme a trouvé de quoi couvrir son corps. Néandertal a utilisé des peaux d'animaux à l'état brut, Homo Sapiens en inventant l'aiguille à chas en os a réussi à percer des trous et à coudre ses vêtements avec des tendons d'animaux en guise de fil. Plus tard au Néolithique, la découverte de la méthode du filage au fuseau a transformé les fibres textiles en un fil solide et durable. 

Voici donc un tour du monde en 10 étapes des plantes et pas seulement, dont la fibre peut être tissée !

1 - Europe, Amérique : le lin

Le lin au même titre que le chanvre ou la ramie est une fibre libérienne ce qui veut dire que la matière est contenue dans l'écorce interne de la plante. Son histoire remonte aux débuts de l'humanité, des fragments de lin datés de 36000 ans avant J.C ont été découverts dans une grotte du Caucase, c'est le premier textile connu développé par l'homme. L'Égypte des pharaons a intensifié la culture du lin il y a plus de 6000 ans. La fibre servait à confectionner des vêtements, des tissus funéraires, des voiles et des cordages et la graine était consommée pour ses qualités nutritives. Le lin est arrivé en Europe grâce aux phéniciens. Puis plus tard le grand Charlemagne en a recommandé la culture en ordonnant que chaque ménage se procure l'outillage nécessaire pour travailler le lin. 

2 - France : le chanvre textile

Le chanvre, cultivé comme le lin, est une des premières plantes domestiquées au Néolithique. Si tout est bon dans l'cochon, c'est pareil pour le chanvre. Utilisé en Chine pour la fabrication du papier, Gutenberg aurait imprimé sa première bible sur du papier de chanvre. Avant d'être remplacé par l'ortie, les billets de banque étaient fabriqués en chanvre. Au Moyen-Orient, la fibre servait pour les cordes et les amarres des bateaux et de nos jours on fabrique de l'huile et de la farine avec la graine. Quant aux résidus riches en protéines d'extraction de l'huile, ils nourrissent le bétail. 

3 - Inde : le coton

Le coton est la plus connue des fibres végétales issues d'une graine, le cotonnier. A la fin du 16e siècle, le coton se répand en Amérique et en Afrique, le nom coton viendrait de l'arabe al qutun. En Inde sa culture remonte à plus de 3000 ans et c'est entre le 17e siècle et le 19e siècle que ces tissus colorés appelés des "indiennes" sont importés des comptoirs des Indes en France.  Au 19e siècle, la révolution industrielle imposera dans le monde entier le coton au détriment de toutes les autres plantes.

4 - Philippines : L'abaca Musa Textilis ou chanvre de Manille

Cette espèce de bananier originaire des Philippines produit une fibre que l'on nomme soie de bananier. Extraite de la gaine des feuilles autour du tronc, elle est taillée en bandes, la pulpe est récupérée puis les fibres sont lavées et séchées. Au 19e siècle on utilisait l'Abaca pour les cordes et les ficelles. Aujourd'hui elle sert à fabriquer du papier, des sachets de thé ou des billets de banque, le yen japonais contient 3 % de fibres d'abaca. 

fibre d'abaca

5 - Chine : la ramie

Voilà une sorte d'ortie provenant de Chine utilisée depuis plus de 6000 ans pour ses fibres longues, très solides, imputrescibles et brillantes qui lui valent le surnom de soie végétale. Au Japon elle entre dans la fabrication d'un tissu traditionnel très fin et particulièrement adapté aux conditions tropicales qui règnent sur les îles Miyako dans l'archipel d'Okinawa. Les Indiens d’Amérique ornaient les manches de leurs poignards et leurs lances avec des ficelles tirées de la ramie. Introduite en Europe au Moyen Âge, des filatures se sont établies en France, en Allemagne et en Angleterre au 19e siècle.

6 - France : le genêt textile

Les Carthaginois confectionnaient les voiles de leurs navires en fibre de genêt. Mais c'est au cœur de l'Hérault qu'elle a été popularisée par les bergers de Clermont à Lodève portant le grisaoudo, une ample blouse de toile écrue fendue sur les côtés. Cet habit de travail recouvrait les vêtements quotidiens pour éviter de les salir et de les user trop rapidement. Plante de culture facile, elle a naturellement trouvé sa place là où les cultures nobles, vigne et céréales, ne donnaient rien de bien. Ces zones d'exploitation du genêt d'Espagne aux longues fibres étaient appelées genêtières, six d'entre-elles ont perduré jusqu'en 1829.

7 - Japon : le tilleul

La matière première est tirée du tilleul japonais le shinanoki que l'on rencontre dans les zones montagneuses des côtes de la mer du Japon. Production artisanale non mécanisée le shinafu résulte d'un processus long et fastidieux. On récolte la fibre en juin, le tissage n'intervenant qu'en mars de l'année suivante. Ces étoffes résistantes servent à fabriquer des objets du quotidien : sacs, chapeaux, sandales, obis. Remplacé par d'autres fibres plus faciles à extraire, le shinafu est considéré comme un produit traditionnel qu'une poignée d'artisans exigeants continuent de produire.

8 - Afrique du Sud : la langue de belle mère ou sansevière

C'est une agave coriace et charnue se terminant par une épine utilisée en Afrique pour confectionner des ficelles très résistantes ou des cordes d'arc. Les mayas du Mexique s'en servent pour suspendre leurs hamacs, les himbas de Namibie en font des vêtements et au Botswana on fabrique des lignes de pêche et des filets. 

9 - Birmanie : le lotus

La fibre extraite de la tige du lotus permet de tisser les robes des moines bouddhistes de haut rang en Asie. Respirant, infroissable, résistant aux tâches et imperméable à l'eau puisque son origine est aquatique, il faut 12000 mètres de fibres et 2 mois de travail pour fabriquer une veste, c'est donc un produit rare et très cher dont la production est relancée depuis quelques années pour l'industrie du luxe ou le tourisme.

fibre de lotus

10 - Italie : le byssus

Et pour finir ce petit tour du monde sans bouger de sa chaise, voila sans doute la fibre la plus étonnante car le byssus est sécrété par un mollusque bivalve appelé pinna nobilis ou grande nacre. Cette barbe lavée et séchée aussi nommée soie marine ou laine de poisson était utilisée en Italie pour fabriquer des gants très chers car chaque coquillage donnait moins de 2 grammes de fibres. Aujourd'hui, une seule artisane de byssus résiste, elle vit en Sardaigne.

byssus

www.cotonlin.com vous propose une gamme de Tissu au mètre exclusivement en matière naturelle, coton, Popeline de coton, Tissu gaze de coton dite double-gaze ou métis (coton et lin en mélange) pour toutes vos créations textile.

N'hésitez pas à visiter le site, vous y trouverez de belles matières et des motifs contemporains.