Inspiration : Le tissu venu de la mer

Temps de lecture : 2 minutes 30 secondes

Et si je vous disais qu'il est possible de fabriquer une fibre avec un coquillage bivalve de notre mare nostrum, vous me croiriez ? Et bien c'est l'histoire incroyable que je me propose de vous raconter ici, l'histoire d'une femme, une seule au monde, sans doute la dernière, capable de tisser des fibres venues de la mer.

Départ pour la Sardaigne

Chiara Vigo est née sur cette île, au sud de la Sardaigne il y a  sans doute 3000 ans car cette femme est la dernière au monde à pratiquer un art fragile connu depuis l'antiquité et plus exactement quand les Phéniciens commerçaient dans le bassin méditerranée entre 1200 et 300 avant J.C

Ce peuple antique (actuellement le Liban) est probablement à l'origine de la découverte de la pourpre, une couleur rouge violacée obtenue à partir d'un mollusque gastéropode : le murex. Ils sont aussi les inventeurs d'une soie marine produite par la Pinna Nobilis. Cette nacre géante fabrique des filaments qui lui permettent de se fixer sur les fonds marins et que l'on nomme byssus. Les phéniciens utilisaient cette fibre pour tisser des motifs qu'ils échangeaient contre des objets en bronze.

Vers l'âge de 20 ans, Chiara Vigo forte de l'enseignement de sa grand-mère, répond à l'appel du byssus en voulant maintenir cette tradition millénaire. La Grande Nacre est en voie d'extinction dans cette partie de la mer méditerranée ; elle est protégée par le gouvernement Italien. Chiara a conscience de ce que la nature nous donne et a le souci de la protéger ; aussi pendant 7 ans, elle va s'atteler à mettre au point une technique de récolte du byssus qui n'altère pas la vie du mollusque.

Le processus de transformation est très long. A partir de 300 grammes de fibre brute on obtient 30 grammes de byssus. Les fibres doivent tremper 25 jours dans l'eau douce en changeant l'eau toutes les 3 heures puis mouillées avec du jus de citron pour les éclaircir. Une fois sec, le fil ainsi obtenu est plus fin et 1000 fois plus résistant qu'un cheveu. Avec ces fils de couleur or, on fabriquait en Sardaigne des gants, des bas, des bonnets.

grande nacre

Dans son atelier-musée, Chiara Vigo réalise des pièces uniques et inestimables car dit-elle nous sommes tous tissés d'une précieuse matière venue de la mer, nous sommes tous produits d'une vérité plus grande que nous... 

Le byssus, un véritable matériau ?

Au delà du travail de Chiara Vigo, des chercheurs en biomatériaux regardent le byssus de plus près et notamment dans le domaine médical car ces fibres sont très riches en élastine et en collagène. Elles sont dures et peuvent s'étirer de 100 % de leur longueur sans casser ! C'est comme une colle ultra puissante qui résiste à tout, aux UV, au sel marin, aux changements de température et qui a le pouvoir suprême de coller sous l'eau !

Pour en savoir +

Si cet été vous parcourez les chemins de Sardaigne, ne manquez pas l'atelier-musée de Chiara Vigo à Sant'Antioco  : Le Museo des Bisso Via Regina Margherita 

Plus d'information sur son site internet en italien :

http://www.chiaravigo.it/

Et pour du Tissu au mètre, en métis, en batiste, en Tissu gaze de coton dite double-gaze, (désolée, pas de byssus ;-)) c'est sur le site www.cotonlin.com, votre Magasin de tissus que vous trouverez les plus beaux !