Les 9 étapes de la transformation d'une plante en textile

Temps de lecture : 3 minutes 30

En 2017 j'ai eu la chance de me rendre dans une province du nord Vietnam à 300 kilomètres de Hanoi. Là-bas on fabrique des objets du quotidien à base de chanvre textile. Cette plante était autrefois utilisée pour les vêtements mais l'arrivée de tissus faciles à produire et pas chers venus directement de la Chine voisine a fortement compromis cette activité ancestrale. 

Depuis quelques années et grâce à l'affluence touristique, cette tradition est remise au goût du jour par la création en 1998 d'une coopérative perpétuant les traditions héritées des femmes Hmong. Aidée par une ONG Française Batik International, les villageois ont construit un atelier de tissage, l'ONG leur a proposé des formations pour apprendre les techniques modernes et développer localement un savoir-faire menacé. Aujourd'hui la coopérative de Lung Tam fait vivre des centaines de personnes et les produits adaptés aux goûts occidentaux sont exportés dans plus de 20 pays. 

Processus de fabrication

Pour voir une tige de chanvre textile se transformer en un magnifique petit sac à main, trousse ou vêtement traditionnel, il y a une série d'étapes à respecter : 

1) Le chanvre textile est planté fin mars et récolté fin juin

2) La plante est arrachée et non fauchée et les tiges laissées au sol pendant plusieurs semaines, c'est le rouissage qui permet de découvrir l'écorce interne de la plante.

3) Le décorticage extrait le cœur ligneux de la tige

4) Les fibres une fois sèches et réunies en balles partent pour la filature 

5) Le filage se fait à la main avec un fuseau et un rouet. 

6) Puis le chanvre est tissé sur des métiers traditionnels

7) Les longueurs de tissu sont ensuite adoucies par roulage car la fibre de chanvre a la particularité d'être très rêche

8) La teinture est faite avec des écorces et des tubercules. Pour la couleur rouge par exemple, on utilise un suintement formé sur des branches d'arbres par des essaims d'insectes parasites

9) Puis les femmes de la coopérative préparent et cousent les appliqués selon la méthode traditionnelle qui est le rentré de l'aiguille, chaque dessin correspondant à l'identité d'une communauté 

Le résultat de tout ce travail long et fastidieux est vendu aux touristes de passage sans négociation de prix, tout l'argent bénéficiant à la coopérative. Voilà un bel exemple de tourisme solidaire !

Et en France ?

Au 19 ième siècle, il existait un métier particulier qui s'appelait : cultivateur de plante textile. A cette époque, tout village proche d'un point d'eau, ruisseau, étang possède sa chènevière, c'est à dire la zone où le chanvre est cultivé. On s'en sert pour le linge de maison, les draps, les blouses des travailleurs, les câbles des navires, les tentes des soldats. 

De nos jours, cette culture pléthorique au moyen-âge refait surface, cette plante aux multiples vertus retrouve sa place dans nos campagnes et cela pour plusieurs raisons. Notons que le chanvre est écologique, il se plait quasiment partout, pousse sans apports d'eau ni de chimie, ne craint par les maladies ni les ravageurs, ses racines très profondes aèrent le sol et tout est bon dans la plante. Avec les graines, on obtient de l'huile

à l'intérieur on trouve une partie ligneuse appelée chènevotte dont on fait des granules pour pailler les jardins par exemple, ces mêmes granules mélangées à de l'eau deviennent un isolant pour la construction enfin sur l'extérieur de la tige on trouve la fibre textile.

La production de chanvre textile est encore confidentielle mais nulle doute qu'elle va retrouver sa place dans les prochaines années.

Cotonlin ne propose pas encore de Tissu au mètre en chanvre mais vous pouvez découvrir nos collections de Tissu au mètre de qualité, Popeline de coton, Jersey Tissu, Tissu Lin, Tissu gaze de coton dite double-gaze sur www.cotonlin.com