L'ikat le tissu vibrant

Temps de lecture : 4 minutes

La fabrication d'un ikat relève d'un processus particulièrement long et complexe où les fils teintés par réserves avant le tissage donnent à l'ouvrage une force d'âme intérieure tracée dans le fil lui-même, on dit alors que le tissu vibre qu'il est habité, raison pour laquelle il raconte si bien à travers ses motifs, l'histoire et la culture locale des peuples.

C'est au centre d'art de l'abbaye de Trizay en Charente-Maritime que s'est tenue une magnifique exposition de la collection privée d'ikats de Monique et Rémy Prin, exposition complétée par un livre : Ikats, tissus de vie - un voyage de l'Orient à l'Occident - Editions Parole et Patrimoine.

Les photos de cet article ont été prises à l'occasion de cette exposition. 

Cambodge : Ikat trame soie

Indonésie : Ikat chaîne, coton

Comment fait-on un ikat ?

En indonésien, pays de naissance de cette pratique, ikat veut dire attacher, nouer. Après avoir évalué la quantité de fils à utiliser, les tisserands nouent des liens autour des fils qu'ils veulent préserver de la teinture. Plongés dans le bain colorant, ils sont séchés puis montés sur le métier à tisser et c'est la juxtaposition des fils teints qui va créer le motif. Il y a deux raisons au fait que les motifs des ikats ont des bords flous ou tremblés. La première est que la teinture pénètre toujours un peu dans la partie réservée, la deuxième est qu'il est difficile d'éviter les légers décalages des fils lors des tissages. 

Fils non teints avec réserves 

Fils teints avec réserves

Il existe 3 façons de tisser dont les deux plus simples - si je puis dire - consistent à réserver soit des fils de chaîne soit des fils de trame. Dans l'ikat chaîne, ce sont les fils de chaîne qui vont créer le motif, le fil de trame étant de couleur unie. Cette première méthode est la plus répandue. Dans l'ikat trame, c'est donc le contraire. L'ikat le plus complexe, seulement pratiqué aujourd'hui en Inde dans l'état du Gujarat, à Bali et au Japon, c'est l'ikat double où fils de chaîne et de trame sont teintés en réserves, les motifs étant conçus pour que les couleurs se correspondent sur la chaîne et sur la trame. 

Le plus souvent les tisserandes ne disposent d'aucun dessin préalable et nouent les réserves de mémoire, un travail d'artisan d'exception qui mérite le plus grand respect.

L'ikat dans le monde

En Indonésie, le tissu est échangé lors des mariages et transmet aux fiançés sa force, il accompagne le voyage du défunt dans l'autre monde ou est simplement un accessoire vestimentaire porté sur l'épaule. Chaque communauté créant son propre style, il donne aux autres une indication de son appartenance. Lors des cérémonies rituelles qui peuvent durer 10 jours , les fils sont préparés avant teinture et se nourrissent de l'âme des ancêtres apportée par la rosée de la nuit.

En Asie centrale et particulièrement en Ouzbékistan, l'ikat est très stylisé et affiche des couleurs vives. Il est utilisé pour les grandes occasions et peut même être matelassé. Dans ces régions, le travail autour de l'ikat est fractionné. La création des motifs revient aux hommes et les étapes sont divisées en autant de métiers, du marquage au noueur de réserves en passant par le teinturier. 

Au Japon, ce tissu est porté dans l'archipel d'Okinawa qui bénéficie d'un climat tropical. Il est sobre, fin et léger à base de motifs géométriques inspirés de la vie quotidienne, d'animaux ou de symboles religieux. 

Kimono noto Japon

L'ikat en France

Quand il débarque en France au 16e siècle, on l'appelle chiné à la branche car on croit alors qu'il vient de Chine. Tissu de grand luxe, il est particulièrement à la mode au 18e siècle et très apprécié de Marie-Antoinette qui porte des robes en soie à l'ikat chaîne fabriquée par les soyeux lyonnais. Branche est le nom des petits groupes de fils qui sont teintés en réserve, le chinage étant réalisé par des artisans spécialistes appelés maîtres-chineurs. 

Lyon : Panneau rideau chiné à la branche 

Quant au flammé appelé charentais après la révolution, il est offert au roi Louis XIV par l'ambassadeur du Siam (Thailande actuelle) et sera copié par les manufactures royales. Tissu d'ameublement, il habillera chaises et fauteuils de la classe aisée des campagnes. 

En 1816 Revillod et Depoully invente l'impression chaîne dans le but de se substituer au chinage et d'obtenir une plus grande finesse des contours. Ce procédé en plusieurs étapes nécessite un premier tissage assez lâche, puis on imprime l'étoffe du motif avant de détisser la trame et de retisser en taffetas !

Toutes ces étoffes sont exceptionnelles mais chez cotonlin, vous trouverez du Tissu au mètre de qualité, Popeline de coton, Jersey tissu, Tissu gaze de coton dite double-gaze, Tissu Lin, Tissu bio, des jolies matières imprimées ou unies qui feront de vos créations textile des œuvres uniques et originales... Pour voir le site, c'est par ici !